Des forces nouvelles doivent continuer la lutte pour un droit libéral sur les armes

par Bruno Buchs, 21.11.2021
traduit de l’allemand par Jeferson

Lors de l’assemblée générale de proTELL du 20 novembre 2021, les questions des méthodes à utiliser pour gagner les prochaines votations sur les armes et des actions à entreprendre pour rallier les citoyens à la cause d’un droit libéral sur les armes sont restées sans réponses.
Le comité élu pour quatre ans* sous la présidence de Jean-Luc Addor, conseiller national UDC, n’a toujours aucun plan crédible ni même de liste d’actions pour un travail de relations publiques au niveau national et local.

Par votations sur le droit aux armes, on pense notamment aux attaques de l’UE contre nos libertés, comme lors du référendum sur la reprise de la directive UE 2017/853.

En 2019, nous autres, défenseurs d’un droit libéral sur les armes, avons perdu la votation. Il nous manque environ 14 % des voix, soit plus de 325 000 votes, ou, extrapolés à l’ensemble théorique des votants, environ 750 000 voix.

Et maintenant ?

Des forces nouvelles doivent reprendre le combat et le porter dans toutes les rues, dans tous les quartiers et sur toutes les places de Suisse.

Dans l’esprit des fondateurs de proTELL, mais en dehors de proTELL.

* Ce choix a été entériné lors d’une AG par vidéoconférence à laquelle assistaient moins de 140 membres sur 12 000.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*